Comte Henry de La Vaulx (1870-1930) France

Pilote de ballon dirigeable Zodiac III au 1er meeting davions du Monde de 1909 en Champagne

Le comte de La Vaulx est tout d’abord un voyageur et un explorateur. Il fait le tour du monde en 1894-1895, par exemple, mais un vol en ballon en 1898 est pour lui une révélation. Sa meilleure performance est une odyssée de 1 925 km (1 200 mi) qui l’amène de Paris à Kiev (en Russie, aujourd’hui en Ukraine) en 1900.

Dans les premiers jours de novembre 1908, peu de temps après que Henry Farman (né en 1874) ait terminé à Reims le premier vol en pleine campagne en Europe, le comte Henry de La Vaulx (né en 1870), talentueux aéronaute et vice-président de l’Aéro-Club de France, pilote son ballon à gaz près de cette ville industrielle.

Remarquant que les champs environnants conviendraient parfaitement au vol en avion, il lui vient aussitôt l’idée d’organiser un important meeting aérien à Reims. Les discussions initiales ayant révélé un très grand intérêt pour cette rencontre, on annonce aux environs du mois de février 1909 la décision de tenir le meeting. Le président du comité organisateur local est le marquis Melchior de Polignac (né en 1880), qui dirige la Maison Pommery, un producteur de champagne renommé. Il jouera un rôle crucial lorsque viendra le temps d’obtenir la collaboration des nombreuses associations aéronautiques de l’époque.

Les organisateurs décident dès le début d’inclure diverses compétitions de vitesse et de distance — toutes, sauf une, sont commanditées par les producteurs de champagne — dans ce premier meeting aérien international. Environ 36 appareils ont été inscrits à ce grand événement. Les observateurs croient que la course la plus disputée

En 1906, le magnat américain de la presse James Gordon Bennett (né en 1841) a également commandité la première compétition annuelle de distance pour les ballons. Ces courses s’avèrent très prisées des riches aérostiers, amateurs, tels que Charles Stewart Rolls (né en 1877), le cofondateur de Rolls-Royce. Les ballons peuvent parcourir de très longues distances. En 1910, le gagnant atterrira au nord de Chicoutimi (Québec) — à 1 900 km (1 175 mi) de son point de départ. Épuisés et perdus, les membres d’équipage erreront pendant des jours avant de rencontrer un groupe de trappeurs.