Léon Bathiat (1877-1967) France

Pilote débutant de biplan Voisin n°37 au 1er meeting mondial d’avions de 1909

Pilote sur biplan Breguet n°3 à la 2ème semaine aéronautique de Champagne en 1910

Brevet n° 110 du 21 juin 1910

Léon Bathiat est né en 1877 et débute dans les compétitions sportives par le cyclisme. En 1908, Bathiat voit voler Louis Blériot sur six kilomètres et il est conquis par ce nouveau sport ; il achète un aéroplane construit à Boulogne-Billancourt par l’ingénieur Fernandez et apprend à voler sur l’aérodrome Farman au sud de Reims en Champagne. Lors de la grande semaine aéronautique qui se tient à Bétheny au nord de Reims en août 1909, il présente son biplan Fernandez à moteur Antoinette 25 ch, mais Bathiat n’a jamais volé et il doit déclarer forfait.

Alors qu’il poursuit encore ses roulages au sol, le journal L’Auto annonce que Léon Bathiat vole. Cherchant un pilote pour mettre au point son biplan Breguet I, Louis Breguet le recrute : « Venez chez moi, vous volez, j’ai vu ça dans L’Auto, donc vous piloterez mon biplan du premier coup ».

Le 4 juillet 1908, Bathiat voit voler Louis Blériot à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de- Seine) sur six kilomètres et il est conquis par ce nouveau sport ; il achète un aéroplane construit à Boulogne-Billancourt par l’ingénieur Fernandez et apprend à voler sur l’aérodrome Farman au sud de Reims en Champagne. Lors de la grande semaine aéronautique qui se tient à Bétheny au nord de Reims en août 1909, il présente son biplan Fernandez à moteur Antoinette 25 ch, mais Bathiat n’a jamais volé et il doit déclarer forfait.

Lors de la grande semaine de Champagne disputée à Reims en août 1909, José Sanchez- Besa pilote un biplan Voisin à moteur Gobron-Brillé de 55 ch, un appareil portant le numéro 37 (photo ci-dessous) et financé par le journaliste Chilien Don Joaquin Edwards Bello (1887-1968). Comme Sanchez-Besa ne sait pas piloter, il offre à Bathiat les commandes de son appareil. Les deux hommes essaient vainement de faire décoller l’appareil, qui souffre de mauvais réglages après son transport de Billancourt à Bétheny. L’appareil ne fait que tourner en rond sur lui-même sans pouvoir quitter le sol.

Bathiat va rester chez Breguet plus d’un an, de juillet 1910 à décembre 1911, formant des dizaines de pilotes et contribuant à la renommée du constructeur de Douai. En août 1910, Bathiat effectue une démonstration très remarquée d’un biplan Breguet à ailes souples lors de l’épreuve du circuit de l’est, une épreuve de 782 kilomètres disputée par des pilotes civils et militaires. En décembre 1910, Bathiat remporte le prix du Plus Grand Vent pour voler avec son biplan Breguet III par un vent de plus de 120 km/h ! En octobre 1911, deux pilotes Breguet formés par Bathiat disputent les épreuves du concours militaire de Reims, toujours sur un biplan Breguet : René Moineau et Henri Bregi. Ils se classent respectivement second et quatrième.

Bathiat s’associe avec l’ingénieur José Sanchez-Besa (1879-1955) qui avait fondé à Boulogne-Billancourt en 1909 une entreprise de construction aéronautique et à Reims une école de l‘air. Les deux associés se sont rencontrés à Reims en 1909. La famille de l’ingénieur chilien possède une immense fortune, basée sur la production de canne à sucre. De 1909 et 1914, Sanchez-Besa va consacrer son argent à l’aviation. En 1909, Sanchez-Besa achète deux cellules de Voisin, qu’il utilise à Reims comme avions école. C’est dans cette école qu’est formé le pilote Bielovucic. Sanchez-Besa rachète ensuite les locaux d’Emile Train à Bouy où il installe ses ateliers de construction.

En 1912, Bathiat sur le monoplan à moteurGnome 50 ch s’engage dans la Coupe Pommery qui récompense les vols de longue durée réalisés entre le lever et le coucher du soleil. Premier pilote à traverser la France du nord au sud, Bathiat détient un temps la Coupe Pommery 1912 en volant de Calais à Biarritz.

Galerie Complémentaire