André Frey (1886 - 1912) France

Pilote sur Biplan Savary n°45 à la 2ème semaine aéronautique de Champagne.

10 juin 1910 - 21 novembre 1912 : Entre ces deux dates, si proches, toute la carrière d'André Frey. De l'homologation de son brevet de pilote, avec le n° 93, à sa fin tragique, près de Reims, sur l'aérodrome militaire où il effectuait une période d'instruction comme réserviste.

Breveté pilote en 1910, André Frey participe à la 2ème semaine d’aviation de Champagne dans l’équipe Farman et termine troisième de la course Paris - Rome de 1911. Il défend les couleurs françaises lors de la coupe Gordon-Bennett à Chicago avant d'être victime d'un accident lors d'une période militaire, en 1912 à Mourmelon-en-Champagne.

André Frey fait sa réapparition en mai 1912, avec un Hanriot cette fois. Le 2 mai, il rallie Issy-les-Moulineaux à Reims à la moyenne, respectable pour l'époque, de 115 km/h. En juin, il participe au Circuit d'Anjou, Grand Prix de l'Aéro-Club de France, toujours sur son Hanriot. Puis le 11 juillet, toujours à Reims, il bat le record avec passager : 135 kilomètres parcourus en une heure. Il fait mieux, deux jours plus tard, seul à bord, en remportant les éliminatoires de la coupe Gordon-Bennett en accomplissant les 200 kilomètres du parcours en 1h24min25s (142,800 km/h de moyenne).

Avec son monoplan Blériot, il se fait connaître dans la course Paris - Madrid, disputée du 21 au 26 mai, remportée par Jules Védrines sur un monoplan Morane-Saulnier à moteur Gnôme de 50 ch, devant Roland Garros, Louis Gibert et André Frey. Conneau, qui se fait appeler dans les courses “ André Beaumont ”, devient célèbre le 28 mai 1911, en remportant la course Paris - Rome, organisée par le Petit Journal, devant Roland Garros sur le même appareil. Beaumont parcourt les 1 475 km de l’épreuve en 21 h 10mn de vol. Il devance dix concurrents, dont Roland Garros, André Frey et Vidart - engagé sur un Deperdussin, monoplan particulièrement rapide.

Galerie Complémentaire