Marcel Hanriot

Plus jeune pilote du Monde (16 ans) en Champagne 1910 sur monoplan Hanriot n 26

Le « benjamin de l'Aviation » est né le 8 juin 1894. Il débute à 16 ans à Reims dans la 2ème Grande Semaine de Champagne de 1910. Le 19 Mai il réalise une escapade en survolant Reims et tournant autour de la cathédrale des Sacres et du Champagne. Il sera classé 10ème sur les 76 aviateurs du Monde en compétition avec 525 Km de distance. Son avion est la réalisation de son Père avec 24m2 de surface portante, une envergure des ailes de 8m50 (soit 10m au total) et une longueur du fuselage de 7 m et un moteur Clerget de 40 Cv.

Négociant à Châlons-Champagne, passionné d’automobiles, René Hanriot participe au célèbre rallye Paris-Madrid. Il détient aussi en 1904 le record du monde de vitesse sur route avec 128 km/h. Son coéquipier est son fils Marcel qui conduit dès l’âge de 13 ans les voitures de son père à plus de 100 km/h. En mai 1908 René Hanriot achète à Léon Levasseur un monoplan Antoinette munit d'un moteur de 25 cv. Mais à la fin de 1908, le monoplan n’est toujours pas livré. René Hanriot impatient décide de fabriquer lui-même l'appareil. Il fonde, en février 1909, la Société des monoplans Hanriot au capital de 500 000 francs. C'est un hangar à Chalons-Champagne qui lui sert d'atelier et de bureau. En septembre 1909, le Hanriot type I est sorti de l’atelier et exposé au premier salon aéronautique de Paris au Grand Palais. René y enregistre vingt commandes, alors que l'avion n'a jamais volé. En octobre avec son fils Marcel (le plus jeune pilote d’Europe), ils font des essais à Reims-Bétheny, mais l'appareil ne décolle pas, son moteur est trop lourd. Il en trouve un autre de 40 cv chez Clément-Bayard qui ne pèse que 78 kg alors que le moteur d'origine un Buchet de 45 cv pesait 155 kg. Il s'avèrera même que le Clément-Bayard développe en fait 50 cv, ce qui permet aux vols d'essai de se succéder durant l'hiver 1909 à 1910.

Hanriot plus jeune pilote de la 2eme Grande Semaine de Champagne en 1910.

René crée une école de pilotage à Reims -Bétheny en décembre 1909, puis à Londres en janvier 1910. Prudent, il recrute un aviateur expérimenté, Émile Ruchonnet, pour développer ses machines volantes, qui lui sert à la fois d’ingénieur et de chef pilote dans son école de l’air.

En quelques mois, Hanriot et Ruchonnet réalisent un nouveau monoplan, le type II, plus léger. Baptisé Libellule, il vole en champagne en avril, équipé du Clément-Bayard de 40 ch. Puis, ils créent un troisième type de monoplan, plus puissant, destiné aux compétitions. Le type IV, un biplace, intéresse l’armée. Le type V et le type VI sont utilisés par Marcel Hanriot dans les meetings en 1910.

Au cours de la saison 1910, les monoplans Hanriot, pilotés par Wagner (Budapest), Marcel Hanriot, René Vidart (Lanark) et plusieurs pilotes étrangers, se couvrent de gloire dans les meetings aériens, en particulier la 2ième semaine de champagne à Reims. Plus de cent appareils Hanriot son acheté en France et en Grande-Bretagne. Les écoles de Reims et Brooklands sont très fréquentées et la saison 1911 s’annonce encore meilleure.

 

Galerie Complmentaire