Emile Ladougne (1881 - 1953)

Pilote sur biplan Goupy n35 la 2me semaine aronautique de Champagne 1910

Émile LADOUGNE, né à Agen le 6 juillet 1881, féru des sports et de mécanique dès son adolescence, va demander au vélo, puis au tricycle à moteur et enfin à l'auto, l'expérience et les moyens d'aborder l'aviation.

En 1907, il entre en rapport avec le constructeur Goupy qui très empiriquement vient d'établir un grand triplan, peu docile à prendre son essor. Ladougne, technicien né, voit qu'il n'y a rien à tirer de cet appareil. Dans un petit coin de hangar qu'on lui a concédé, il édifie alors de toutes pièces, un biplan entièrement nouveau en empruntant un fuselage et un atterrisseur à son ami Blériot. La voilure révolutionnaire pour l'époque est à ailes décalées, afin d'augmenter l'envergure relative.

Comme tout ce qui devait sortir des mains de cet homme habile, la machine envoyée à Buc en 1908, décolle au premier essai. L'adjonction d'ailerons de bout d'ailes et de queue conjuguée pour la stabilité longitudinale et transversale assurent à l'appareil une sécurité et une maniabilité exceptionnelles ; Ladougne en fait ce qu'il veut, jusqu'à pouvoir presque l'immobiliser en plein vol.

À Juvisy, où vient s'installer l'école Goupy, à la Grande Semaine de Champagne de 1910 où il bat le record mondial de vitesse avec passager, au meeting de la Baie de la Seine, en Angleterre à Doncaster et en Russie à Gatchina, Ladougne fait acclamer sa maîtrise que le brevet N° 81 vient tardivement ratifier.

Monoplan Ladougne, juin 1912, Colombe moteur Anzani, 3 cyl. 30 CV, 7,83 m denvergure, 7,10 m de long, 110km/heure.

Galerie Complmentaire