Capitaine Saconney (1874 - 1935) Italie & France
Lieutenant Basset  (-) France

Pilotes Constructeurs de Cerfs Volants vainqueurs à la 2ème  semaine aéronautique de Champagne 1910.

N Turin, en Italie, de parents originaires de Bourgogne Jacques Thodore SACONNEY est envoy 9 ans, Paris pour commencer sa scolarit au lyce Henri IV. Il y reste 10 ans et fait d'excellentes tudes qui vont lui permettent d'entrer en 1895 lcole Polytechnique. Sous-lieutenant du Gnie (1897) puis lieutenant (1899), il est affect au 4me rgiment du Gnie de Grenoble en novembre 1899. Il choisit larostation et fait ses premires ascensions en ballon. En 1902, il passe le Brevet Suprieur dAronaute et devient spcialiste arostier.

Saconney sintresse aux cerfs-volants ds 1904 aprs avoir lu le livre de Joseph Lecomu Les cerfs-volants paru en 1902, et notamment la photographie arienne par cerf-volant. Il navigue en Mditerrane bord du Saint Louis pour amliorer les rglages du cerf-volant et la technique photographique.

En septembre 1909 dans le prolongement du 1er meeting mondial davion ralis linitiative de Grandes Marques de Champagne, la Section Technique du Gnie confie au Lt Saconnet les tudes dutilisations militaires du Cerf-Volant.

Larme comptait ainsi pouvoir continuer les observations ariennes lorsque le vent, suprieur 10 m/s, empche lascension des ballons monts. De plus, larme est dsireuse dessayer un procd quexprimentaient depuis longtemps dautres pays (capitaine Baden-Powell en 1894 en Grande-Bretagne, lieutenant Wise en 1897 aux USA, lieutenant Schreiber en 1902 en Russie et la Norvge en 1909).

En France, le capitaine Madiot (lui aussi pass par Polytechnique et Fontainebleau) a conu un cerf-volant de construction trs originale et ascensionn en 1908. Etrangement, ce travail na pas t soutenu par larme et Madiot a uvr entirement ses frais.

Un autre militaire, le commandant Dollfus, organise un concours de cerf-volant dascension humaine et le dote dun prix de 10 000 F. En mai 1909, le trio Dollfus, Madiot et Saconney fait le voyage en Angleterre dont larme a autoris une observation distance des essais dascension de Cody. Saconney, sil a acquis une grande exprience dans les cerfs-volants pour la photo, arrive bien en retard pour ce qui concerne les ascensions. Cependant, en deux mois, il conoit un train de cerfs-volants, le fait construire par la socit Astra (spcialise dans la fabrication des ballons) et part lessayer au Portel dans le Pas-de-Calais, rgion venteuse souhait. Outre une quipe de sapeurs, il est accompagn de son pouse Marie Louise munie de sa machine coudre pour effectuer les modifications prvoir. Cette intrication de la vie professionnelle et familiale, du bricolage et de la recherche, du sport et de la technique rend cette poque trange et fascinante.

Malgr quelques casses dues aux vents violents, les essais se droulent convenablement. Le 10 janvier 1910, jour des essais publics devant la presse internationale, le vent est, hlas, faible. Saconney, trop lourd, doit contrecoeur, cder la place dans la nacelle Marie Louise enchante. Ainsi a-t-on vu partout la photo dune jeune femme en chapeau slever dans la nacelle dun cerf-volant militaire. Quelques officiers lui succderont. Les altitudes atteintes sont de 200 mtres avec passager et de 600 mtres avec un lest de sable quivalent.

En mars 1910, larme doit choisir un cerf-volant porteur. Les types de cerf-volant en course sont les suivants : capitaine Doraud, capitaine Saconney, capitaine Lenoir, capitaine Madiot et les modles Hargrave et Conyne. Au jour prvu, le vent est faible et aucune ascension srieuse ne peut tre faite. Seul le Madiot, selon un tmoin, satisfait peu prs aux essais. Nanmoins, cest le train Saconney qui est choisi.

Le choix est peut-tre guid par des considrations partisanes. Saconney est dans le Gnie et Madiot dans lartillerie et ces deux armes passent pour rivales. De plus, la hirarchie se serait djuge en choisissant un autre cerf-volant que celui dont elle avait financ la mise au point. Houard, malgr sa sympathie pour Saconney, estimait les deux cerfs-volants aussi ncessaires lun que lautre, mais par des vents diffrents.

En juillet 1910, au 2me meeting daviation de Reims en Champagne, Madiot se classe deuxime derrire le train de Saconney mont par le lieutenant Basset rest 42 minutes 210 mtres de hauteur.


Extrait du journal Le Gaulois 11 juillet 1910
Dernire journe triomphale au meeting de Reims
/ Entre-temps, le capitaine Madiot et le lieutenant Basset concourent pour le prix des cerfs-volants monts.
Le premier prix revient au lieutenant Basset : il est rest suspendu dans sa nacelle
pendant 42' 43" et s'est lev, jusqu' 110 m.
Le capitaine Madiot a bien atteint 180 m. , mais son voyage n'a dur que 37' 37".
Le second prix lui est attribu.

Le vent qui faisait rage , apporte au train de Saconney, trs solide mais lourd, des conditions plus favorables. Le vent empche dailleurs les avions de dcoller ce qui montre que le cerf-volant avait sa place dans les engins ariens. Le mois suivant, le gnral Foch, futur marchal mais pas visionnaire, juge ddaigneusement Tout a, cest du sport, laviation pour larme, cest zro

Le cot du train Saconney est de 4000 F ce qui est approximativement le montant de la solde annuelle dun capitaine. Madiot a vraisemblablement consacr un an de sa solde la mise au point de son train. Sans que lon sache sil y a corrlation, Madiot se tourne alors vers laviation dans les mois suivants et se tue dans un accident sur Brguet Douai en octobre 1910. Il est le deuxime aviateur militaire franais tu en avion.

Ce nest que le 29 mars 1912, quest promulgue la loi constituant lacte de naissance de laviation militaire. Larticle premier stipule que laronautique militaire est charge de ltude et de la mise en uvre des engins de navigation arienne utilisables par larme tels que ballons, avions, cerfs-volants . Il faut noter que si les cerfs-volants sont cits en dernier, les ballons le sont avant les avions.

La champagne, berceau de laviation du Monde sera aussi le berceau de laviation militaire dont le 1er concours se tiendra a Reims en 1912.

Galerie Complmentaire