Louis Wagner (1882- 1960) France

Pilote sur HANRIOT à la 2ème semaine aéronautique de Champagne 1910

Grand Prix de vitesse à la 2ème Semaine d’aviation en Champagne de 1910

Coureur automobile réputé, Louis Wagner obtient son brevet de pilotage en 1910 et décroche de nombreux premiers prix lors de son premier meeting à Budapest. Au 2ème meeting de Champagne, il obtient le grand prix de vitesse sur monoplan Hanriot dont il est chef pilote d’essai. Fin 1910, il reprend la course automobile.

Il vole à Bétheny en avril, équipé du Clément-Bayard de 40 cv. Puis, ils créent un troisième type de monoplan, plus puissant, destiné aux compétitions.

Ensuite, le type IV sera un biplace et il intéresse l’armée. Le type V et le type VI sont utilisés par Marcel Hanriot dans les meetings en 1910. Achevant son année scolaire à Châlons, Marcel Hanriot passe en effet ses dimanches sur l’herbe du terrain de Bétheny. Son père lui fait essayer tous les types de monoplans que produit la firme.

Le 17 mai à Bétheny, Marcel Hanriot sur le biplace emmène dans le ciel de Champagne l’ingénieur Etienne Grandjean, professeur à l’Ecole supérieure de l’aéronautique. Le 9 juin, Marcel Hanriot vole de Bétheny à Mourmelon sur le monoplan type VI. Il devance Marthe Niel, une femme, partie sur un biplan Voisin, plus lent.

Louis Wagner participe au meeting international de Budapest. Malgré une compétition comprenant les plus grands pilotes de l'époque, il enlève toutes les premières places en durée de vol, distance parcourue, altitude, meilleur décollage, spécial voyage (sauf celle de vitesse où il se classe second derrière Latham).

Au cours de la saison 1910, les monoplans Hanriot, pilotés par Wagner (Budapest), Marcel Hanriot, René Vidart (Lanark) et plusieurs pilotes étrangers, se couvrent de gloire dans les meetings aériens, en particulier la 2ème semaine de l’Aviation à Reims.

Plus de cent appareils Hanriot sont achetés en France et en Grande-Bretagne. Les écoles de Reims et Brooklands sont très fréquentées et la saison 1911 s’annonce encore meilleure.

Il abandonnera rapidement sa carrière de pilote d’avion pour reprendre celle de coureur automobile.

Louis Wagner, 1er du Grand prix de Vitesse de Champagne 1910

Galerie Complémentaire