Terrain

2e Grande Semaine Aronautique de Champagne des Grandes Marques de Champagne Reims 1910

De même qu'en 1909, le grand souci du Comité avait été d'éviter non seulement toute chance d'accidents, mais encore toute bousculade aux guichets de l'aérodrome. Pour cela, il fallait que les automobiles eussent deux voies distinctes pour aller et le retour. Afin d'éviter d'imposer le trajet un peu détourné de l'année précédente, nous n'avions pas hésité à créer, à travers champs, une véritable route de deux kilomètres de longueur, allant du village de Bétheny aux Tribunes. C'est vers cette voie nouvelle que les affiches posées en ville canalisaient la masse des véhicules, qui défilaient sous l'œil paternel des gendarmes.


Tout le service d'ordre à l'extérieur de l'aérodrome avait été placé, à nouveau, sous la surveillance de M. Oudaille, commissaire spécial, qui en avait été déjà chargé en 1909. Il fonctionna à merveille et sans le plus léger incident. Il n'y eut  qu'une voix dans la foule pour reconnaître sa parfaite organisation.

Un virage sur la route neuve

L'Arodrome de Btheny (Revue La vie au Grand Air)

La piste forme un rectrangle de 5 kilomtres de tour.
Les 70 hangars sont disposs en fer cheval et sont situs sur le ct gauche des tribunes.
Les Tribunes et la piste de Btheny.

La plaine de Bétheny est située au nord de Reims, et à une distance d'environ 6 kilomètres du centre de la ville. La piste forme un rectangle de 5 kilomètres de tour. La disposition des tribunes a été modifiée. Les 70 hangars sont disposés en fer-à-cheval.

Le Comité d'aviation de Champagne que préside cette année encore, avec un dévouement inépuisable le marquis de Polignac, a choisi, comme terrain, cette même plaine de Bétheny, située au nord de Reims, à 6 kilomètres environ du centre de la ville et qui vit déjà, l'an dernier les ébats des oiseaux artificiels. Mais, cette année, la piste a été considérablement réduite : elle ne mesure plus que 5 kilomètres au lieu de 10. Le spectacle en sera certainement plus intéressant en ce sens que l'on ne perdra pas les appareils de vue et qu'aucune des péripéties de la lutte ne passera inaperçue, mais il est à craindre en présence du nombre considérable des engagés, que des accidents se produisent, surtout les jours où l'absence de vent incite tout le monde à sortir. Les tribunes sont placées en bordure de la route de Neufchâtel. La tour de la presse, qui était placée à l'extrémité, sera cette fois au centre, dominant le salon d'honneur.


Les hangars sont situés sur le côté gauche des tribunes en regardant la piste est disposés en arc de cercle qui s'étend presque jusqu'au petit bois. La piste de lancement se trouve devant les hangars et les appareils tourneront, comme à l'ordinaire, dans le sens opposé à celui des aiguilles d'une montre. Les épreuves commenceront en principe à 11 heures du matin et aucun chronométrage ne sera fait après 7 heures et demi du soir. Les commissaires sportifs sont le comte B. de Castillon de Saint-Victor, MM. Paul Rousseau et Edouard Surcouf.

 

Galerie Complmentaire