Retour

2e Grande Semaine Aronautique de Champagne des Grandes Marques de Champagne Reims 1910

Navrant cortège ! La moitié d’une cellule appartenant à un biplan quelconque repose sur une automobile qu’une deuxième remorque péniblement sur le sol cahoteux. Le vent est fort, il couche horizontalement les oriflammes des tribunes. Emporté par lui dans un virage, l’aviateur a dû se trouver tout à coup dans le remous d’un monoplan plus rapide, il s’est senti tomber, …. le gouvernail, le gauchissement sont restés impuissants...   et, sans une trop grande secousse, mais au milieu du fracas de vingt bouts de bois qui éclatent, il s’est soudain retrouvé sur le sol.

Autour de l’aviateur un peu ahuri, un peu confus, l’équipe des mécaniciens s’est empressée, coupant les tendeurs, achevant de sectionner les longerons brisés, démontant l’hélice, le moteur, les réservoirs, faisant de l’informe oiseau fracassé sur le sol, des morceaux maniables, des morceaux qui sont encore bons et qu’on va se hâter d’assembler à nouveau et de consolider avec les matériaux et l’outillage précaires dont on dispose, à l'abri du hangar que l’on regagne, cahin-caha, à une patiente « première vitesse », cependant que les bonnes vieilles voitures chauffent terriblement …..

Et c'est un spectacle si courant que personne ne regarde.

Retour mélancolique

Galerie Complmentaire