M. Doé, qui habiter toujours notre ville, m’ayant ouvert sa bibliothèque et sa riche collection d’enveloppes et de lettres emportées par ballons-poste, en 1870-1871, il m’a été permis, grâce à son obligeance, de me documenter d’une manière précise.